Lac de Chelles-Vaires ou bassin de Champfleuri

Promenade au bassin de Champfleuri

Plus connu sous le nom de Lac de Vaires

À une vingtaine de kilomètres de Paris, en Seine-et-Marne, se trouve le bassin de Champfleuri. À cheval sur Chelles et Vaires-sur-Marne. Un véritable appel à l’observation, à la méditation ou au parcours santé. Bienvenue au lac de Chelles-Vaires.

Accès

Vous pouvez accéder au lac par Vaires, Chelles, Noisiel, Champs-sur-Marne et Gournay-sur-Marne. Ce qui en fait un lieu très prisé quotidiennement par les marcheurs et les cyclistes franciliens. Très fréquenté en fin de semaine par les familles.

 

Anomalie dommageable au Lac de Vaires

On peut y courir, s’y promener, se faire bronzer sur les larges plages d’herbe verte. Mais on ne peut toujours pas s’y asseoir. Pas un banc le long de la partie goudronnée pourtant bien commode pour les personnes de tout âge et de toutes conditions physiques.

La longueur du lac fait, à cet endroit, environ 2,5 km, donc 5 km aller-retour. Il n’est pas possible de s’y poser, sauf sur la pelouse, souvent humide en Seine-et-Marne. Les personnes à mobilité réduite sont sévèrement pénalisées. Je n’ai jamais compris ce manquement, tristement remarquable et exceptionnel dans la région.

Les travaux pour les JO 2024 ont commencé pour les prochaines épreuves d’aviron et de canoë-kayak. J’ai pensé, à tort, que cette situation absurde changerait. Mais non, toujours pas.

Pourtant, à part cela, c’est un lieu magique. Un site isolé du vacarme de la région parisienne, qui pourrait même vous faire croire que vous êtes bien loin et hors d’atteinte du charivari urbain !

C’était hier

On oublie vite que des décennies plus tôt, cet endroit était une carrière d’extraction de sable et une décharge à ciel ouvert.

Depuis toutes ces années, avec le point d’eau et un cortège floristique et faunistique luxuriant, les choses ont bien changé. Pour notre plus grand bonheur à nous, les Franciliens, habitués aux altérations diverses et variées :   routes encombrées, transports inadaptés à la population croissante, déversement de déchets, pics de pollution.

Un havre de paix, ce coin est à deux pas de l’immense Parc de Noisiel jouxtant lui-même le parc du Château de Champs-sur-Marne.

Collectivités et espaces préservés

Il est vrai que quelques efforts — bien nécessaires — de la part des collectivités sont faits : végétaliser certains lieux, créer des parcs en ville, des zones et étendues vertes enfin préservées… Mais ces tentatives restent toujours insuffisantes eu égard aux constructions qui détruisent chaque jour un peu plus, le biotope de la faune et de la flore de notre région bien abîmée (voir mon article).

En effet, entre les périphéries industrielles et les espaces ultra-urbanisés, artificialisés, ces milieux, comme ce bassin,  sont devenus parfaitement vitaux.

Diversité de la faune sauvage

Vendredi 22 février 2019, de manière tout à fait exceptionnelle pour ce second mois de l’année, il faisait 18° dehors, peut-être même plus au soleil. Un temps radieux, un ciel azur 10 jours durant.

Sur notre pause déjeuner, avec ma fille, nous sommes parties changer d’air. Et observer la nature, comme nous l’aimons, à l’état sauvage.

Oie Bernache du Canada adulte. Cou noir et joues blanches.

 

Oie Bernache du Canada. Niche sur les plans d’eau.

 

Bernache du Canada se jetant à l’eau.

 

Cygne tuberculé. 150 cm environ. On voit bien son masque triangulaire.

 

Foulque macroule. Entièrement noire avec une plaque blanche au dessus du bec.

 

Corneille noire. Magnifique envergure que l’on voit sur une photo en haut de l’article.

 

Colvert femelle. Les femelles sont ainsi, bec brun et orangé, plumage brun tandis que les mâles ont la tête vert bouteille avec un fin collier blanc.

 

Femelle Colvert de face.

 

Pour pouvoir prendre plus d’oiseaux, il faudrait rester la journée. Je vous invite à le faire car vous pourrez rencontrer des grèbes, d’autres canards très colorés, des goélands, des bécasseaux, des oies cendrées, des cormorans, des hérons. J’ai déjà vu des ragondins faisant leur toilette à deux pas de nous, des grenouilles, et le soir, de nombreux lapins sortent de leur terrier !

Vous pouvez me suivre sur Instagram @Carnet_de_Coralie

À bientôt !

Coralie RAVARY

Pour en savoir plus sur la protection de la biodiversité, sur place, c’est ici !

coravary@gmail.com

N’hésitez pas à me joindre pour la rédaction de vos articles.
Déplacement possible.