Lecture Nature – Le saule pleureur – 5

20 mars 2020 – Jour 5

Un article par jour pour les enfants, depuis le confinement. C’est aujourd’hui le cinquième de la série Lecture Nature.

 

Saule pleureur

Mon saule pleureur fêtera ses 30 ans l’année prochaine. Quand on l’a acheté, il était tout petit, on pouvait tenir le tronc dans la main. Maintenant il est énooooorme !

Il a vu grandir nos enfants, c’est notre «grand-mère feuillage» si vous voyez un peu la référence au dessin animé, Pocahontas.

J’aime cet arbre. Je ne peux pas dire mieux.

Là, au début du printemps, c’est reparti, les feuilles du saule pleureur poussent, les chatons grêles apparaissent. Les chatons grêles ?  Oui, ce sont ses petites fleurs en épi. On appelle ça une inflorescence souple. Regardez plutôt :

 

Pourquoi ce nom ?

On l’appelle saule pleureur, car ses branches sont souples et retombent jusqu’au sol comme des larmes. Ça lui donne un air triste ! Pas chez nous en tout cas ! Notre saule pleureur nous a servi de parasol l’été dernier au moment de la canicule pendant que tous ceux qui avaient rasé leurs arbres dans le voisinage mouraient de chaud à l’intérieur comme à l’extérieur de leur maison ! Ça, c’est la revanche de la nature, quand on décide de lui couper les pattes !

C’est un arbre originaire du Moyen-Orient, mais il est chez nous depuis le 17e siècle quand même !

Il aime l’eau, et ça tombe bien, en Seine-et-Marne, il est servi !

Biodiversité

Dans nos jardins, il faut garder une belle diversité de plantes et de fleurs, d’arbres et de haies. Mon saule pleureur attire les insectes avec ses chatons tout doux. Je trouve ça trop mignon ce mot pour désigner ces petites fleurs. Elles attirent les pollinisateurs, et pas n’importe lesquels : les osmies cornues. Et cette année, nous avons la chance d’avoir ces premières abeilles solitaires et sauvages de la saison dans notre hôtel à insectes. Osmia Cornuta ! On dirait une formule magique ! Regardez ses jolis yeux, il s’agit ici d’une femelle.

 

Aujourd’hui, cette lecture rappelle que les plantes et les insectes sont indissociables, ça veut dire inséparables. Ils vivent ensemble. En amour.

Avant de s’installer dans mon hôtel à insectes, les osmies sont allées inspecter les lieux. Elles ont vérifié qu’elles auraient bien à manger en sortant de leur nid. Elles ont été rassurées. Aucun insecte ne s’installera dans votre hôtel si vous ne plantez pas des dizaines de végétaux différents, autour.

 

Si vous souhaitez en savoir plus long sur les osmies cornues, cliquez sur le lien.

 

Défi du jour :

Rechercher quels sont les autres arbres à avoir des chatons. Vous pouvez m’envoyer le résultat de vos recherches par mail.

Et de beaux dessins aussi, si mes lectures vous plaisent ! Je les mettrai en ligne sur mon Instagram @Carnet_de_Coralie @Vergil.et.les.insectes

 

Coralie RAVARY

 

Quels sont les mots nouveaux à inscrire dans votre répertoire ? Chaton grêle, inflorescence souple, indissociables.