Lecture Nature – Le syrphe –

Lecture Nature

Lecture Nature est une série de textes courts pour les enfants (et pour les plus grands, naturellement !), accessibles gratuitement sur mon blog.

Une lecture qui permet de se familiariser facilement avec les oiseaux, les insectes, les petits mammifères et les végétaux dans la nature bien sûr, mais aussi dans l’art, dans la littérature

Je suis l’auteure de Vergil et les insectes et intervenante à l’école, en faveur de la biodiversité. Mes séances lecture ont été reportées à des jours meilleurs pendant la pandémie du Covid-19 et la fermeture des écoles. Mais je souhaite apporter ma toute petite pierre à l’édifice d’un confinement réussi en proposant ces textes ludiques.

Respectez bien toutes les consignes. Restez chez vous. Il y a beaucoup de choses à faire à la maison et à découvrir dans les jardins. Pour ceux qui n’en ont pas, j’ai prévu ces petites lectures rapides avant de pouvoir revenir au plus vite dans vos classes !

Le syrphe

Je suis, je suis une petite bête à 6 pattes et 2 ailes se prenant pour une guêpe mais bien plus sympa. Je suis un excellent pollinisateur et je suis aussi efficace que la coccinelle quand il s’agit d’avaler les pucerons. Vous me voyez souvent mais n’imaginez pas une seule seconde que je fais partie de la famille des mouches…. Je suis, je suis….

… question pour les amoureux de la Terre ! … Bien entendu je suis, je suis, UN SYRPHE.

Pause nature

Quand une pause s’impose, pourquoi ne pas la faire dans la nature ? Moi, j’ai de la chance, je n’ai qu’un pas à faire entre mon bureau et la verdure ! Alors, je m’installe en tailleur près d’une de mes petites zones en friches où poussent de jolies fleurs sans jamais avoir été plantées un jour. Bah oui, c’est le secret des jardins écologiques. Les insectes pollinisateurs s’occupent de tout ! Il suffit de leur laisser une chance ! Ils la saisissent au vol ! Et quel vol, regardez ces ailes multicolores ! Ce sont celles du syrphe ! Un pollinisateur infatigable qui adore les herbes folles et les fleurs sauvages. Ce jardin ? C’était d’abord celui des insectes avant que je ne m’installe ! Alors, s’ils n’ont pas eu leur mot à dire contre ça, un partage et des compensations régulières tombent sous le sens ! Je donne quelques herbes folles et ils me rendent de l’Achillée millefeuille et un spectacle haut en couleur ! .

Alors mouche ou guêpe ?

Un indice !  C’est un diptère (di-ptère : deux ailes) donc le syrphe fait partie de la très grande famille des mouches. Les guêpes pour info, sont de l’ordre des hyménoptères (Les hyménoptères ont deux paires d’ailes membraneuses, donc 4). Mais alors, pourquoi ressemble-t-il à une guêpe ? Tout simplement pour échapper aux prédateurs ! Avec son costume rayé, il impressionne, il envoie un message aux autres pour leur dire “attention je pique” alors que le syrphe est totalement inoffensif et ne pique pas : on appelle ça le mimétisme. Et puis, il est efficace dans le jardin. Souvent la coccinelle est mise sur la première marche du podium de nos préférences, car elle dévore les pucerons, mais savez-vous que la larve du syrphe, à elle toute seule, peut dévorer jusqu’à 80 pucerons par jour ?  Quand il s’agit des mouches, on n’est pas très bavards ! Mais vous allez, je pense, changer d’avis sous peu !
Je vous encourage à aller observer les syrphes, car ils sont capables de vols stationnaires, comme un hélicoptère, grâce à leurs ailes qui battent 300 battements par minute ! D’ailleurs, ils vrombissent presque aussi fort qu’un hélico (bon, là j’en rajoute un peu !).
Il existe des syrphes aux corps fins et d’autres bien plus larges. Les couleurs aussi peuvent être différentes, des rayures noires, jaunes, orange. Il suffit de regarder les syrphes dans les yeux pour reconnaître un mâle d’une femelle ! Si les yeux sont collés entre eux, c’est un garçon, sinon, c’est une fille ! Pour tous les deux, les yeux sont rouges.

Biodiversité et syrphe

Vous voulez observer des syrphes ? Plantez des Astéracées et des Apiacées… À part en décembre et en janvier, le syrphe est présent dans nos jardins. On le voit davantage du mois de mars jusqu’en octobre. Je vous en parle à chaque article, mais il est indispensable de planter les “bonnes” plantes pour avoir la chance de voir des insectes. Il ne s’agit pas de plantes ornementales de jardinerie qui n’apportent souvent pas grand-chose à nos amies les petites bêtes, mais plutôt des herbes folles, du cerfeuil, coriandre, fenouil, anis, cumin ou encore du persil, panais, carotte, céleri… En plus, ce sont des plantes que nous pouvons nous-mêmes déguster ! La belle vie quoi !
Mots à ajouter dans votre répertoire Nature : Diptère – Syrphe – Mimétisme –
Vous pouvez m’envoyer vos idées pour les prochaines lectures sur mon adresse mail : coravary@gmail.com
J’accueille avec toujours autant de plaisir vos jolis dessins.
Coralie